Evolution des aphasies

Le degré de récupération est notamment lié à la localisation et à la taille de la lésion cérébrale. La récupération est en partie possible grâce à la plasticité cérébrale, les cellules nerveuses péri-lésionnelles (autour de la lésion cérébrale) prenant le relais et se spécialisant dans les fonctions langagières.

Phase aiguë (4–6 semaines)

Dans un premier temps, la plupart des personnes aphasiques pense que leurs troubles du langage vont disparaître complètement. Fréquemment, les personnes souffrant de troubles importants de la compréhension ne sont pas tout de suite conscientes de leurs troubles. Elles réalisent seulement vaguement que quelque chose n’est plus comme avant. Elles peuvent donc réagir de manière agressive, car elles ne comprennent pas ce qui leur arrive: elles ont l’impression que les gens leur jouent un mauvais tour en parlant une langue inconnue. Mais d’autres personnes sont conscientes de leurs troubles dès le début et en souffrent beaucoup.

Phase post-aiguë (dès 6 semaines)

Dans un second temps et après la mise en place d’une thérapie logopédique intensive, les personnes aphasiques commencent à réaliser qu’elles devront s’habituer à vivre avec leurs troubles du langage durant toute leur vie. Beaucoup ne supportent pas cette idée et souhaitent redevenir «comme avant». D’autres développent une dépression, se retirent de la société et ont le sentiment d’être une charge pour les autres. C’est à ce moment-là que se posent également des questions très concrètes concernant les finances, telles que les possibilités de reprise professionnelle ou l’octroi d’une rente d’invalidité.

Phase chronique (dès 1 an)

Au fil du temps, les personnes aphasiques parviennent généralement à améliorer leur qualité de vie, malgré leur handicap. Elles découvrent de nouveaux intérêts et de nouvelles activités compatibles avec leurs troubles du langage. Mais une telle réorganisation de leur vie peut prendre des mois, voire des années.

Le temps et le soutien nécessaires pour maîtriser un tel changement de vie varient beaucoup d’une personne à l’autre. A titre d’exemple, consultez la brochure «Bien vivre avec une aphasie».